Julie Dabrusin

Votre députée de


Toronto-Danforth

Julie Dabrusin

Votre députée de


Toronto-Danforth

Menu

Le travail de notre gouvernement sur les changements climatiques et l’environnement

Réduire les émissions

Vers un avenir énergétique renouvelable


Protéger nos océans, les écosystèmes marins,

les Grands Lacs et les espèces en péril

 

 

Le travail de notre gouvernement sur le changement climatique et l’environnement:

Depuis notre élection en 2015, notre gouvernement a pris l’engagement de lutter contre le changement climatique. L’une des premières mesures prises par notre gouvernement a été de faciliter la Déclaration de Vancouver sur la croissance propre et le changement climatique. Lorsque les Ministres de partout au Canada se sont rencontrés à Vancouver en 2016, ils se sont entendus pour adopter une approche concertée afin de réduire immédiatement les émissions de gaz à effet de serre et de mettre fortement l’accent sur une croissance économique durable. Le cadre Canadien sur la croissance propre et les changements climatiques ont étént créé par résultat de ce sommet. Ce cadre global et ses principes directeurs ont défini les politiques de notre gouvernement au cours des deux dernières années et demie.

Nous nous sommes concentrés sur la réduction significative des émissions et la lutte combattant contre le changement climatique tout en développant notre économie de façon durable. Je vous encourage à jeter un coup d’œil sur les politiques, les programmes et les investissements que nous avons réalisés et développés jusqu’à présent. Ce document est un bon début pour jeter un coup d’œil sur ce qui s’est passé depuis 2015.

Réduire les émissions  

Placer des objectifs ambitieux de réduction des émissions de GES et élaborer un plan clair pour les atteindre est un aspect important de notre plan pour lutte contre le changement climatique.

Nos objectifs pour l’année 2030, sont de réduire la production de carbone de 30% comparé  aux niveaux de 2005. En 2015, les émissions annuelles augmentaient rapidement et le Canada a produit 815 mégatonnes d’émissions cette année – d’ici 2030, nous tomberons à 523 mégatonnes.

 

 Comment faisons-nous cela?

• Des réductions en consequence des réglementation introduite en novembre 2016 (Hydrofluorocarbures, véhicules lourds, réduction viser des émissions de méthane de 40 à 45% d’ici l`année 2025)

• Des Réductions attribuables aux changements dans la consommation d’électricité (nos objectif visant à ce que 90% de l’électricité du Canada provienne de sources non émettrices d’ici l’annéé 2030) nous avons accéléré l’élimination du charbon et, avec son élimination dici 2030 l’équivalent de enlever 1,3 million de voitures sur la route.

• Réduire des mesures additionnelles come le transport en commun et l’infrastructure verte, la technologie et l’innovation, et le carbone conservé.


Nous mettons un prix national sur la pollution:

Nous mettons un prix sur la pollution. Un prix national transparent sur le carbone permet aux consommateurs et aux entreprises d’évaluer le coût croissant de la pollution dans leurs décisions quotidiennes. Ceci inclue une récompense économique pour les particuliers à investir et  amener le Canada vers un avenir à faible teneur en carbone. Une famille peut acheter un véhicule électrique plus tôt qu’elle ne l’aurait fait autrement, et une entreprise pourrait investir dans du matériel plus éconergétique pour une usine. Ce sera un pas en avant positif dans notre lutte contre le changement climatique.

Une analyse effectuée par Environnement et Changement climatique au Canada montre que la tarification du carbone contribuera généreusement  à la réalisation des objectifs du Canada visant à réduire notre production de carbone. Un prix sur le carbone pourrait réduire le carbone a 80 à 90 millions de tonnes de carbone pour l’année 2022.

Un aperçu de ce qui s’est passé jusqu’à présent:

• Les émissions de métaux lourds ont diminué de 85% depuis 1990.

• Les émissions industrielles au Canada continuent de diminuer, principalement en raison de la baisse des émissions de l’industrie minière et de la fonderie et de la production d’électricité au charbon.

• Le Canada finalise actuellement les règlements nationaux visant à réduire les émissions de polluants atmosphériques provenant des secteurs pétrolier et pétrochimique, incluant  les usines de traitement des sables bitumineux.

• L’interdiction des forages pétroliers et gaziers, mise en œuvre en 2016 dans l’Arctique, assurera la protection de l’écosystème arctique contre les risques futurs associés aux activités pétrolières et gazières extracôtières.

 

Vers un avenir énergétique renouvelable

Une grande partie de la protection de notre environnement prend les mesures nécessaires pour investir dans les énergies renouvelables. Cela nous donne l’opportunité de nous établir en tant que meneur mondiaux dans l’une des industries les plus dynamiques du monde.

Nous nous sommes donné pour mission d’investir activement dans la croissance des technologies propres et des énergies renouvelables afin que nous puissions réaliser des gains immédiats dans la voie d’un avenir à faible teneur en carbone. Simple et simple, ici au Canada, nous faisons des progrès rapides dans les énergies renouvelables.

Il y a beaucoup d’entreprises au Canada dans lesquelles nous investissons activement pour développer rapidement nos secteurs des technologies propres et des énergies renouvelables. Non seulement nous permettent-ils de nous diriger vers un avenir vert, mais ils créent des emplois plus innovateurs et bien rémunérés partout au Canada, particulièrement ici, en Ontario.

L’Ontario détient la plus grande part des entreprises de technologies propres au Canada, soit plus de 5 000 entreprises, employant environ 130 000 personnes et générant des recettes annuelles d’environ 19,8 milliards de dollars. Nous soutenons ces entreprises en investissant dans leurs efforts, notamment en améliorant la gestion des déchets, en créant des sources d’énergie renouvelables et en proposant des solutions plus écologiques pour l’industrie pétrolière et gazière.

 

Certains des investissements spécifiques comprennent:

2,2 milliards de dollars, sur une base de trésorerie, pour soutenir la recherche, le développement, la démonstration et l’adoption de technologies propres – ainsi que pour accélérer la croissance des entreprises de technologies propres.

Un nouveau financement de 1,4 milliard de dollars dans le cadre du Plan d’innovation et de compétences pour soutenir la croissance du capital et le financement de projets dans le secteur des technologies propres.

700 millions de dollars par l’entremise de la Banque de développement du Canada (BDC) au cours des cinq prochaines années pour soutenir la croissance du secteur canadien des technologies propres.

200 millions de dollars sur quatre ans pour que les ministères des Ressources naturelles, de l’Agriculture, des Pêches et des Océans investissent dans diverses technologies propres mises au point par l’industrie, le milieu universitaire et les laboratoires fédéraux.

400 millions de dollars sur cinq ans pour recapitaliser le Fonds de technologie du développement durable afin d’appuyer des projets de technologies propres partout au Canada.

100 millions de dollars par année provenant des agences de développement régional pour soutenir la technologie propre, ce qui représente un doublement du soutien global annuel existant.

82,5 millions de dollars pour soutenir la recherche, le développement et la démonstration de technologies d’énergie propre ayant le plus grand potentiel de réduction des émissions de GES.

50 millions de dollars pour investir dans des technologies qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur pétrolier et gazier.

16 millions de dollars pour créer 1 200 emplois verts pour les jeunes Canadiens dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM).

 

• Exemples d’emplois pour les jeunes:

• Concevoir et mettre en œuvre des systèmes d’énergie éolienne

• Développer des lignes directrices environnementales

• Surveillance du sol et de la végétation dans le cadre d’un processus de remise en état des terres

• Améliorer la compréhension des impacts potentiels du développement pétrolier, gazier et forestier afin d’informer la planification industrielle.

Cette année, 13 entreprises canadiennes ont été classées sur la liste Global Cleantech 100. Le récent « Global Cleantech Innovation Index » classe le Canada au 4e rang mondial en tant que innovateur en matière de technologies propres – une hausse par rapport à la 7e place en 2014. Nous évoluons rapidement pour créer une industrie de milliards de dollars et prendre la tête du développement des énergies renouvelables

 

Protéger nos océans, les écosystèmes marins, les Grands Lacs et les espèces en péril:

Notre gouvernement comprend que la protection de nos océans, de nos côtes, des Grands Lacs, des espèces en péril et de la santé et de la vitalité de nos habitats marins et de nos écosystèmes est un devoir que nous partageons tous. C’est pourquoi nous avons pris des mesures au cours des deux dernières années pour apporter des changements positifs à la santé et à la durabilité des océans.

Vous trouverez ci-dessous une liste de certaines des mesures que nous avons prises pour protéger nos océans, nos Grands Lacs, nos écosystèmes marins et les espèces en péril.

 

Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars

• Le plus important investissement jamais réalisé pour protéger les côtes et les voies navigables du Canada

• Le plan a quatre priorités principales:

• Créer un système de sécurité maritime qui améliore le transport maritime responsable, protège les eaux canadiennes et renforce les mesures d’intervention

• Restaurer et protéger les écosystèmes et les habitats marins

• Renforcer les partenariats et lancer des pratiques de cogestion avec les communautés autochtones et côtières

• Investir dans les méthodes de nettoyage des déversements d’hydrocarbures et dans la recherche

• Certains des nombreux éléments de ce plan comprennent:

• Système de sûreté maritime à la fine pointe de la technologie qui comprend une capacité d’intervention 24/7

• Fonds de restauration côtière de 75 millions de dollars

• Appuiera les priorités de restauration de l’habitat marin et s’attaquera aux menaces pesant sur les espèces marines situées sur les côtes et les voies navigables du Canada

• Programme de référence environnementale côtière de 50 millions de dollars

• Ce programme mènera une étude pluriannuelle des ports les plus actifs au Canada afin de déterminer l’impact de l’activité humaine

1,3 milliard de dollars sur cinq ans pour soutenir la biodiversité du Canada et protéger les espèces en péril

Cet investissement permettra au gouvernement fédéral d’investir 500 millions de dollars dans la création d’un nouveau fonds de nature de 1 milliard de dollars en partenariat avec des entreprises, des organismes sans but lucratif, des provinces, des territoires et d’autres partenaires. Le reste du fonds:

• Augmenter la capacité fédérale de protéger les espèces en péril

• Étendre les réserves nationales de faune et les refuges d’oiseaux migrateurs

• Augmenter la capacité fédérale de gérer les aires protégées, y compris les parcs nationaux

• Poursuivre la mise en œuvre de la Loi sur les espèces en péril en appuyant les activités d’évaluation, d’inscription, de planification du rétablissement et de planification des mesures

• Établir un réseau coordonné d’aires de conservation en collaboration avec des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones

Création de nouvelles aires marines protégées (AMP)

• En hausse de 1% il y a seulement deux ans, nous avons atteint 5% de protection de nos côtes en 2017. A ce jour, nous avons augmenté ce nombre à 7,75%, et nous atteindrons notre objectif de 10% d’ici 2019. Ces AMP ont avantages écologiques massifs, y compris la protection des stocks de reproducteurs et la contribution à la restauration des espèces, de l’habitat et des écosystèmes. Ils ont également des avantages sociaux, économiques et culturels qui vont du tourisme, des loisirs et de la protection à l’utilisation traditionnelle, ainsi que de la prolifération des ressources halieutiques et des possibilités de recherche scientifique.

Moratoire sur le trafic de pétroliers sur la côte nord de la Colombie-Britannique

• Ce moratoire empêchera le transport de produits dans les régions où la capacité d’intervention en cas de déversement est limitée

Plus de 197 millions de dollars en sciences de l’océan et de l’eau douce au cours des cinq prochaines années

• Cela permet l’embauche de 135 scientifiques au ministère des Pêches et des Océans

167,4 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019, pour étudier et mieux comprendre les facteurs qui influent sur la santé des baleines en voie de disparition, ainsi que les mesures que nous pouvons prendre immédiatement pour contrer les répercussions des activités humaines

• 9,1 millions de dollars en nouveaux fonds scientifiques pour développer et tester des technologies capables de détecter la présence de baleines

• 3,1 millions de dollars pour quatre projets visant à étudier les effets du bruit sous-marin et la réduction de la disponibilité des proies sur les mammifères marins, y compris l’épaulard résident du sud.

 

Loi sur les pêches du Canada modernisée

• La loi modernisée annulera tous les changements néfastes sous le gouvernement précédent.

• Nous investirons jusqu’à 284,2 millions de dollars pour:

• Renforcer la création de refuges marins à long terme pour la protection de la biodiversité.

• Promouvoir la restauration de l’habitat dégradé et la reconstitution des stocks de poisson épuisés.

• Permettre une meilleure gestion des grands et des petits projets ayant une incidence sur le poisson et son habitat grâce à un nouveau cadre d’autorisation et à des codes de pratique.

• Rétablir les interdictions contre la détérioration, la perturbation ou la destruction de l’habitat du poisson («DDPH»)

• Renforcer le rôle des peuples autochtones dans l’examen des projets, le suivi et l’élaboration des politiques, en mettant l’accent sur les connaissances traditionnelles autochtones.

• Augmenter la transparence pour les projets avec un registre public, et beaucoup plus.

Nous protégeons le saumon sauvage en agissant immédiatement sur les recommandations de la Commission Cohen et nous avons jusqu’à maintenant satisfait à 64 des 75.

Financement pour la protection des Grands Lacs.

Toronto vit sur les rives du lac Ontario, l’un des quatre Grands Lacs. Les Grands Lacs contiennent près de 20% de l’eau douce de surface du monde, soutiennent 4 000 espèces de plantes et d’animaux et fournissent de l’eau potable à un Canadien sur quatre.

· Nous avons contribué 32 500 000 $ à la réfection de la rue Cherry, dans le cadre du projet de protection contre les inondations de Port Lands, d’une valeur de 1,25 milliard de dollars. Ce projet permettra également d’améliorer la qualité de l’eau, d’optimiser les infrastructures d’eau et de tempête et de créer de nouveaux espaces naturels et habitats aquatiques. Ce projet contribue à la santé du lac Ontario en fournissant des systèmes écologiques importants grâce à la création de nouvelles connexions d’habitats terrestres et aquatiques. Le raccordement naturalisé de l’embouchure de la rivière Don au lac Ontario est reconnu comme un projet clé qui contribuera à la radiation de Toronto de la «zone préoccupante» d’Environnement Canada et contribuera ainsi aux objectifs du plan d’assainissement pour la qualité et la qualité de l’eau. habitat dans le lac Ontario.

  • Grâce à l’Initiative de protection des Grands Lacs, nous nous attaquons aux défis environnementaux les plus importants qui affectent la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème des Grands Lacs.
  • Dans le budget de 2017, 44,84 millions de dollars ont été investis dans l’Initiative de protection des Grands Lacs, dans le cadre du nouveau financement de 70,5 millions de dollars alloué à la protection de l’eau douce
  • Nous investissons 8,7 millions de dollars sur cinq ans, tel que prévu dans le budget de 2017, soit une augmentation de 30% par rapport à la contribution actuelle à la Commission de la pêche des Grands Lacs pour la lutte contre la lamproie marine. La lamproie marine est un poisson envahissant qui attaque et tue les espèces de poissons des Grands Lacs comme la truite, le saumon, l’esturgeon et le doré jaune

 

Encourager et investir dans le développement de l’infrastructure verte

Transformer nos villes pour qu’elles soient résilientes et durables est une priorité pour notre gouvernement et une étape nécessaire dans la lutte contre le changement climatique. Nos villes représentent une grande partie de nos émissions – il est donc de notre responsabilité en tant que gouvernement de rendre plus facile et plus attrayant de construire des infrastructures de manière durable et d’augmenter les incitations à utiliser les transports renouvelables.

 

Quelques-uns de nos efforts comprennent:

25 milliards de dollars pour améliorer nos systèmes de transport en commun

· Cela se passe à travers le pays. À Toronto, nous avons investi 840 millions de dollars pour réparer et réhabiliter le réseau de transport en commun existant et planifier la croissance future.
· Nous avons annoncé l’un des plus importants projets d’achat et de reconstruction d’autobus de la ville de Toronto, soit l’achat de 729 autobus diesel propres, de 254 autobus électriques hybrides de deuxième génération et de 60 autobus électriques à batterie. La composante Reprise des autobus de ce projet comprend la reconstruction de 695 autobus au total dans la flotte actuelle de la TTC.
· Le gouvernement du Canada et la ville de Toronto ont chacun contribué à l’expansion de 50 stations Bike Share Toronto.
· Notre gouvernement investit également plus de 10 millions de dollars dans 15 autres projets de transport en commun dans quatre collectivités de l’Ontario.
· Améliorer les trajets domicile-travail et réduire la pollution de l’air en investissant dans le projet de train express régional de GO Transit dans la région élargie du Golden Horseshoe, le plus important projet de transport en commun de notre gouvernement.

21,9 milliards de dollars sur 11 ans pour des investissements dans les infrastructures vertes, y compris des initiatives qui appuieront la mise en œuvre du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques

Des ententes bilatérales de 9,2 milliards de dollars – des fonds seront accordés aux provinces et aux territoires au cours des 11 prochaines années, selon l’allocation de base et par habitant, pour soutenir les projets prioritaires, notamment ceux qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre, aider les collectivités à se préparer aux défis découlant du changement climatique et aider à construire des systèmes électriques plus propres et mieux connectés

2,1 milliards de dollars pour les réparations, les rénovations et la modernisation d’un large éventail de bâtiments gouvernementaux et pour l’écologisation des opérations gouvernementales

• Faire cela était une priorité pour notre gouvernement – nous devons donner l’exemple et établir la norme pour l’infrastructure des bâtiments écologiques au Canada

• Toutes les opérations gouvernementales verront des réductions d’émissions de 40% d’ici 2030

 

2 milliards de dollars sur cinq ans pour créer un fonds d’économie à faible intensité de carbone. Cela aidera à financer des projets dans les provinces et les territoires qui réduisent la pollution au carbone. En fin de compte, cela aidera les provinces et les territoires à atteindre leurs objectifs de réduction du carbone. Quelques exemples:

• La Colombie-Britannique a reçu 162 millions de dollars pour soutenir des projets, notamment le reboisement de forêts publiques qui absorbent le carbone de l’atmosphère et le stockent

• L’Ontario a reçu 420 millions de dollars pour soutenir des projets comme la rénovation de bâtiments, la modernisation de maisons et l’aide aux agriculteurs pour réduire les émissions de leurs activités. Le gouvernement du Canada investit jusqu’à 100 millions de dollars. Ce financement appuiera le programme Green ON Rebates de la province de l’Ontario, qui aide à couvrir le coût des rénovations écoresponsables dans la province et un financement fédéral de 145 millions de dollars pour soutenir l’Ontario. s nouveau programme d’amélioration du campus sur les gaz à effet de serre

• L’Alberta a reçu près de 150 millions de dollars pour aider les Albertains, y compris les agriculteurs et les éleveurs, à consommer moins d’énergie et économiser de l’argent. L’Alberta travaillera avec les communautés autochtones pour installer des solutions d’énergie renouvelable et investira également dans la restauration des forêts touchées par les incendies de forêt

182 millions de dollars pour élaborer et mettre en œuvre de nouveaux codes du bâtiment afin de moderniser les bâtiments existants et de construire de nouveaux bâtiments à consommation énergétique nette zéro. Lorsque nos bâtiments utilisent moins d’énergie, les gens économisent plus d’argent. Nous avons également étendu le soutien fiscal aux entreprises qui passent à un équipement éconergétique

120 millions de dollars pour les stations de recharge de véhicules électriques et de ravitaillement en gaz naturel et en hydrogène. L’argent est actuellement utilisé pour construire une infrastructure de véhicules électriques qui reliera les villes et les villes à des bornes de recharge, afin que les voitures puissent traverser le pays en voiture propre.

Un nouveau financement de 75 millions de dollars à la Fédération canadienne des municipalités pour aider les administrations locales à réduire les émissions et à renforcer la résilience climatique au niveau municipal

40 millions de dollars sur cinq ans pour intégrer la résilience aux changements climatiques dans les guides et les codes de conception des bâtiments

Le Fonds municipal vert:

• Le programme financera des villes partout au Canada qui prennent des initiatives pour développer des projets écologiques

• Investissement total de 72 millions de dollars dans 48 projets à travers le Canada qui permettront de réduire les émissions de GES de plus de 310 000 tonnes d’équivalent CO2

• Voici quelques exemples d’initiatives soutenues par le fonds:

• Un centre de recyclage multimatériaux dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Manicouagan au Québec

• Stations de recharge de véhicules électriques pour le plus grand quartier à consommation énergétique nette zéro du Canada à London, en Ontario

• Un système de transformation des déchets en énergie dans le sud de l’Alberta

• Un projet pilote de développement et d’essais de motocyclettes électriques pour la police à Longueuil, Québec

• Et une étude de faisabilité pour un système de récupération d’énergie de micro-égouts à Richmond, en Colombie-Britannique.

 

Travailler avec les communautés autochtones sur des Initiatives vertes:

Travailler a côtés des communautés autochtones à travers le Canada est important si nous voulons vraiment lutter contre le changement climatique. Le savoir traditionnel est essentiel à la compréhension des impacts climatiques et des mesures d’adaptation, et il est important pour le développement des infrastructures autochtones. Parmi les investissements que nous avons faits et les initiatives que nous avons pris avec les communautés et les Chef autochtones en matière de changement climatique, mentionnons:

2 milliards de dollars sur une période de 11 ans pour soutenir une variation de projets d’infrastructure afin de porter attention aux besoins uniques des collectivités rurales et du Nord, en mettant l’accent sur la durabilité. Ceci comprend la réalisation de 70 projets d’infrastructure communautaire qui fournissent à 146 collectivités des Premières Nations plus de 163 000 personnes de nouveaux terrains de jeux, centres jeunesse et terrains de sport.

Financement fédéral de 1,6 milliard de dollars pour la centrale Wataynikaneyap Power, dirigée par des Autochtones, afin de relier 16 Premières nations au réseau électrique provincial de l’Ontario. Relier les Premières Nations dépendant du diesel au réseau électrique de l’Ontario fournira à ces collectivités une énergie propre, sûre et fiable qui aura un effet important sur la santé et la sécurité des membres de la collectivité et accroîtra les possibilités d’infrastructure et de développement économique. Ce projet permettra également de réduire les émissions de GES équivalentes à la prise de 35 000 voitures de la route. 64% des collectivités des Premières Nations qui se fient sur le diesel en Ontario ne seront plus dépendantes du diesel à cause de ce projet. Wataynikaneyap Power est une société de transport autorisée, tenue majoritairement par 22 collectivités des Premières nations.

1,8 milliard de dollars sur une période de cinq ans pour mettre fin aux avis de l’eau potable dans les réserves et 172 millions de dollars de plus pour accélérer la construction et la rénovation des réseaux de aqueduc touchés.

· Depuis les annonces du budget de 2016, notre gouvernement a investi dans 349 projets d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans 275 collectivités du pays, qui desservent plus de 270 000 personnes.
· En date du 16 avril 2018, il reste 78 avis d’ébullition à long terme sur les systèmes publics dans les réserves.
· Depuis novembre 2015, 58 avis de ce type ont été levés
· Nous sommes en voie d’atteindre notre objectif de mars 2021, qui consiste à lever tous les avis à long terme sur l’eau potable dans les systèmes publics dans les réserves.

83 millions de dollars pour intégrer les connaissances autochtones dans la résilience des collectivités et la planification des infrastructures 25 millions de dollars sur cinq ans pour lancer un programme pilote de gardiens autochtones

400 millions de dollars dans un Fonds pour l’énergie arctique afin d’assurer la sécurité énergétique des collectivités situées au nord du 60e parallèle, y compris les communautés autochtones.

21,4 millions de dollars sur quatre ans pour soutenir le déploiement de projets d’énergie renouvelable dans les collectivités autochtones et nordiques qui dépendent du diesel pour l’électricité et le chauffage

18 millions de dollars pour le programme d’adaptation aux changements climatiques et à la santé destiné aux collectivités des Premières nations et des Inuits